5 activités d’autosoin émotionnel conçues pour les mamans

Nous avons tous entendu le battage médiatique et lu les articles invitant les mères à adopter des habitudes saines en matière d’autosoins. C’est d’ailleurs une très bonne chose, mais qu’est-ce que l’autosoin « émotionnel » ?

L’autosoin émotionnel est tout simplement la pratique consistant à reconnaître, valider et prendre soin de notre bien-être émotionnel. De la même manière que vous pouvez faire de longues promenades pour rester en bonne santé physique, il existe des habitudes quotidiennes que nous pouvons tous prendre pour rester en bonne santé émotionnelle.

Au fur et à mesure que nous avons traversé la folie de 2020, il est devenu de plus en plus clair que notre santé mentale est tout aussi importante, sinon plus, que notre santé physique.

En effet, notre esprit et nos émotions sont souvent à l’origine de nos choix. Par exemple, lorsqu’il fait froid dehors et que vous avez envie de rester au lit au lieu de vous lever et de faire de l’exercice, c’est votre esprit qui détermine généralement si vous le faites… ou non.

C’est également notre état d’esprit qui nous dit que nous sommes une mauvaise mère lorsque nous faisons une erreur ou, à l’inverse, qui nous rappelle que nous ne sommes pas obligés de nous engager dans des débats litigieux avec des inconnus sur Internet et qu’il est bon de se retirer de la situation. C’est en tout cas ce que je me répète.

Lorsque nos émotions sont saines, elles nous aident à faire de meilleurs choix, ce qui, en fin de compte, nous permet d’avoir une meilleure santé physique globale.

Pourquoi les mères négligent souvent l’autosoin émotionnel

Les mères sont très occupées et jonglent avec tant de choses, même si elles bénéficient d’un soutien à la maison. Il vous est peut-être déjà arrivé que votre enfant frappe à la porte de la salle de bain pendant que vous vous accordiez quelques précieux instants de calme sous la douche pour demander à boire.

En réalité, il est passé juste devant son père ou son frère ou sa sœur aîné(e) qui se trouvait dans la cuisine pendant tout ce temps ! Ugh.

Les mamans vivent dans un type particulier d’occupation… difficile à comprendre pour quiconque n’est pas une mère. C’est parce que la « maman occupée » ne comprend pas seulement toutes les exigences physiques de faire toutes les choses, nous portons aussi la charge émotionnelle invisible de la maternité.

Vous trouverez ci-dessous un message que j’ai partagé sur Instagram et qui décrit en détail les nombreuses charges émotionnelles que nous portons chaque jour en tant que mères.

Lorsque l’on prend en compte tout ce que les mamans doivent gérer dans une journée, il est facile de comprendre pourquoi nous négligeons de faire ce que nous devrions faire pour nous aider à être au mieux de notre forme. Mais c’est aussi la raison pour laquelle nous devrions le faire !

Alors, comment les mères peuvent-elles prendre soin d’elles émotionnellement sans prendre tout leur temps précieux et limité ? La réponse est d’avoir une stratégie simple d’auto-soin émotionnel que vous pouvez mettre en œuvre chaque jour et qui s’intègre facilement dans votre MomLife quotidienne.

Faites sortir vos émotions de votre esprit

Trop souvent, nous nous débattons avec nos émotions et nos réactions à ces émotions parce que nous les gardons enfermées à l’intérieur et ne les laissons sortir que lorsqu’elles explosent. N’ai-je pas raison ?

Nous continuons à avancer chaque jour et chaque instant tandis que les pensées et les sentiments se promènent librement dans notre esprit. Et je ne sais pas pour vous, mais nos pensées ne se comportent pas toujours bien. Comme quand on laisse les enfants jouer sans surveillance avec des trucs comme la colle et la peinture. Ne faites jamais ça !

Il doit y avoir un espace dans notre journée où nous pouvons laisser ces pensées et émotions sortir de notre esprit de manière productive afin de pouvoir les gérer de manière sûre et saine.

Idéalement, cette pratique devrait être faite quotidiennement, mais honnêtement, cela ne doit pas prendre beaucoup de temps. Vous le faites peut-être déjà si vous tenez un journal.

Ce qui m’amène à la méthode pour mettre en œuvre cette étape. Tout ce que cela exige, c’est que vous ayez un espace dans votre journée (le calme est préférable) où vous réfléchissez à ce que vous avez ressenti ce jour-là.

Vous pouvez tenir un journal quotidien dans lequel vous écrivez vos pensées et vos sentiments. Ce journal peut être un journal physique sur papier ou simplement un fichier électronique sur votre ordinateur. J’ai fait les deux et les deux sont efficaces. Vous pouvez aussi parler dans un fichier vocal que vous gardez sur votre téléphone.

Garder une trace de vos émotions est loin d’être aussi important que de les voir et/ou de les entendre. Les faire sortir de soi est un exercice profond de conscience de soi qui est essentiel pour développer de solides capacités d’adaptation.

Je ne saurais trop insister sur le fait que la consultation d’un thérapeute agréé peut vous aider à mener à bien ce processus.

Connaître et nommer ses émotions

Cela m’amène à l’étape suivante, qui consiste à connaître et à nommer vos émotions. Une fois que vous les faites sortir de vous, il est plus facile de les traiter et de les comprendre.

Vous commencerez à voir des modèles et à apprendre ce qui déclenche certaines émotions – celles que nous voulons et celles que nous ne voulons pas. Lorsque vous remarquez que ces déclencheurs se répètent, vous pouvez commencer à prendre des mesures pour les éviter.

Il est également important de noter qu’il est utile de nommer ses émotions. Par exemple, l’anxiété est souvent un terme générique pour désigner des sentiments similaires, mais différents, comme l’inquiétude, la peur, le trac ou la nervosité.

Au lieu de dire « Je me sens anxieux », il est préférable d’aller plus loin et de dire « Je suis nerveux à cause des résultats de l’analyse de sang de mon fils » ou « Je m’inquiète de ce qui va se passer maintenant que les heures de travail de mon mari ont été réduites », ce qui aide à donner un sens à l’anxiété.

Lorsque nous donnons une étiquette générale à tant de sentiments uniques, nous nous privons de la possibilité d’aller à la racine de notre anxiété. Cela vaut également pour la dépression, la colère, etc.

Allez plus loin que ces grands noms et mettez-vous au défi d’être spécifique.

Si vous vous battez contre l’accablement, l’irritabilité et les cris que vous ne savez pas comment contrôler, vous ne voulez pas manquer mon guide GRATUIT Calm Mom Blueprint ! Cliquez ici pour télécharger votre copie et commencer votre voyage vers des jours plus calmes.

Pratiquez et protégez vos émotions

Je suis sûr que vous avez maintenant compris que nous ne nous contentons pas de suivre une liste de contrôle pour l’autogestion des émotions, mais que nous créons des habitudes qui dureront toute une vie. Des habitudes que nous devons conserver de la même manière que nous continuons à faire de la musculation bien après avoir atteint nos objectifs de santé.

Voici plusieurs choses que vous pouvez faire pour pratiquer des émotions saines et créer les limites nécessaires pour les protéger :

  • Soumettez les pensées négatives et condamnantes au Christ. 2 Corinthiens 10:5 nous dit d’amener toute pensée en captivité à l’obéissance de Christ. Cette écriture prouve que chaque pensée que nous pensons n’est pas nécessairement notre pensée. Chaque pensée impie, autocritique, honteuse et peu sûre d’elle que nous laissons flotter dans notre esprit est là pour nous amener à la croire et à la posséder. Mais nous devons apprendre à bien remettre cette pensée à notre Sauveur, qui se fera un plaisir de la renvoyer.
  • Entraînez-vous à vous concentrer sur ce qui est bon. Je ne dis pas qu’il suffit d’avoir des pensées positives pour que tout aille mieux. Je dis que, quelle que soit la situation à laquelle vous êtes confronté, il y a probablement quelque chose de bon, de positif ou de juste quelque part dans cette situation. Nous avons souvent besoin d’une loupe pour le trouver… mais il est là. Chercher le bien ou la croissance qui se produit en nous est nécessaire pour nous aider à chasser le nuage négatif qui essaie si fort de remplir nos vies et d’obstruer la vue du bien qui se produit. (Phil 4:7)
  • Évitez intentionnellement nos déclencheurs. Si vous avez remarqué au cours de ce processus que vous avez des déclencheurs répétitifs, voyez s’il existe un moyen clair de les éliminer. Souvent, nous ne nous rendons même pas compte que nos habitudes ou nos routines peuvent ajouter du stress à notre vie. Déplacez les choses et voyez si cela vous aide. Par exemple, préparez-vous plus tôt si le fait d’arriver en retard vous stresse ou donnez de l’attention à vos enfants avant de vous asseoir pour travailler afin qu’ils ne vous cherchent pas constamment pendant que vous travaillez.
  • Pratiquez la gratitude. Lorsque nous pratiquons l’habitude de la gratitude dans notre vie, cela ne signifie pas que nous devons simplement nous taire et être reconnaissants de ne pas être à la place de quelqu’un d’autre dont la situation est pire. Cela signifie que nous recherchons activement des choses dans notre vie pour lesquelles nous sommes reconnaissants. Voici une très longue étude scientifique sur le pouvoir positif de la pratique de la gratitude. Il est prouvé que le simple fait de prendre le temps de penser, de parler et de noter les relations, les moments et les miracles que nous vivons améliore l’humeur et le bien-être émotionnel général.

Traitez-vous comme un ami

La dernière chose que je veux vous laisser est de prendre l’habitude d’être gentil avec vous-même. Avez-vous déjà prêté une attention particulière aux mots que vous prononcez sur vous-même ? Êtes-vous hypercritique et vous dénigrez-vous à chaque choix que vous faites ?

Laissez-moi vous poser une question : diriez-vous la même chose à un ami proche ? Je suppose que la réponse est non. La vérité est que nous avons tendance à être plus gentils avec les autres qu’avec nous-mêmes. Et il faut que cela cesse, mon ami !

La prochaine fois que vous remarquerez que vous vous critiquez vous-même, décidez de vous parler comme vous parlez à un ami proche. Que diriez-vous ? Quels encouragements donneriez-vous ? Quel point de vue utile proposeriez-vous ? Vous méritez d’être bien traité et ne l’oubliez jamais.

Laisser un commentaire