Le secret pour élever des adolescents heureux et confiants dans un monde axé sur l’image de soi

Cela me dérange vraiment de voir l’angoisse des adolescents jouée à la télévision et dans les films comme s’il s’agissait d’une partie naturelle du processus de croissance. On répand le mensonge que tous les adolescents doivent avoir un problème d’attitude et s’attirer des tas d’ennuis.

La vérité, c’est qu’il est difficile d’être un adolescent et que, la plupart du temps, les parents se trompent. Cela ne veut pas dire que tous les problèmes que nous rencontrons avec nos adolescents sont de notre faute. La phase de préadolescence et d’adolescence est pleine de changements qui peuvent être difficiles pour eux et pour vous.

Mais en tant que parents, nous exerçons l’influence la plus importante sur nos enfants et la façon dont nous les éduquons et entrons en relation avec eux compte vraiment… surtout pendant l’adolescence.

Ne trouvez-vous pas étrange que votre adolescent puisse sembler totalement logique et mature à un moment donné et complètement illogique et impulsif à un autre moment ?

C’est parce que leur cerveau est encore en construction !

Le cortex préfrontal étant en cours de développement, les adolescents peuvent s’appuyer davantage que les adultes sur une partie du cerveau appelée amygdale pour prendre des décisions et résoudre des problèmes. L’amygdale est associée aux émotions, aux impulsions, à l’agressivité et aux comportements instinctifs. source

C’est pourquoi il est difficile d’être un adolescent et il peut être tout aussi difficile d’élever un adolescent.

Et pour couronner le tout, nous vivons dans un monde très axé sur l’image et le selfie. Lorsque nous envoyons nos enfants dans une école classique, nous les envoyons en fait dans une zone de guerre. Je sais que cela semble dur, mais c’est malheureusement très vrai.

Il y a tellement de cas d’intimidation, de pression pour se conformer, et d’exposition à des choses que nous n’avons jamais voulu lorsque nous les déposons chaque jour pour leur éducation.

Éduquer les adolescents avec compassion

Dans la vie de nombreux préadolescents et adolescents, ils reçoivent simplement une éducation à la survie. Et c’est bien triste. Il n’est pas étonnant que les adolescents soient largement considérés comme des personnes en colère, non engagées et apathiques !

En tant que parents, enseignants, animateurs et membres de la famille d’adolescents, nous devrions faire preuve de compassion. Nous devrions nous efforcer de créer des liens et de comprendre avant de nous précipiter vers la correction et le jugement.

Ne devons-nous pas nous concentrer sur le développement du caractère et la discipline avec nos adolescents ? Absolument !

Mais d’abord, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour gagner le cœur de notre enfant avant même qu’il n’atteigne l’adolescence. Et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour le garder !

Le cœur est le point d’accès au cœur d’une personne et lorsque vous l’avez, vous avez tout ce dont vous avez besoin pour être une maman extraordinaire.

Alors comment gagner le cœur de nos enfants et de nos adolescents ? Commencez par poser plus de questions. Pas des questions qui portent un jugement, mais des questions qui visent à apprendre à les connaître.

Et écoutez beaucoup. Bien plus écouter que parler. Et croyez-moi, en tant que mère, c’est un énorme défi. En tout cas, c’était le cas pour moi !

Nous sommes nés et élevés pour parler, parler, parler et faire la morale, faire la morale, faire la morale comme moyen d’éducation. Mais nous apprenons tellement plus lorsque nous nous taisons et écoutons.

Le secret pour élever des adolescents heureux

L’un des points de départ pour élever des adolescents épanouis est notre attente. Notre société nous apprend à nous attendre au pire lorsque nos enfants atteignent l’adolescence.

C’est inscrit dans le tissu de notre culture, encore et encore. On nous apprend à craindre que nos enfants deviennent des adolescents.

Ce n’est pas différent de l’époque où nous craignions tous que notre premier enfant ait deux ans parce qu’on nous disait que ça allait être terrible.

Je suis un peu différent dans ma façon de penser… un peu comme un adolescent. Je n’aime pas qu’on me dise « c’est comme ça que ça va être ». Comme si je n’avais aucun contrôle sur la question.

Mais voilà, nous avons notre mot à dire ! Nous pouvons choisir de croire aux mensonges ou d’écrire une nouvelle histoire pour notre famille.

Je n’ai pas dit que ce serait facile tous les jours, mais au moins, quand vous vous lancez dans quelque chose en vous attendant à ce que ce ne soit PAS terrible… à ce que ce soit génial… vous partez d’une position gagnante.

Il y a tellement de pouvoir dans nos attentes et avoir des attentes faibles ou craintives change réellement notre façon d’être parent.

C’est pourquoi je choisis de m’attendre à ce que mes enfants s’épanouissent tous à l’adolescence et à l’âge adulte… qu’ils le fassent ou non est une toute autre question.

Je m’attends à ce qu’ils ne soient pas vaincus par les brimades et la pression des pairs, qu’ils aient confiance en eux pour défendre ce qu’ils savent être juste et qu’ils sachent comment s’aimer et aimer les autres.

J’espère que vous attendez la même chose de vos enfants. Et ces conseils vous aideront à y parvenir. Il n’est pas facile d’être parent, quel que soit le stade de la vie, mais nous sommes faits pour cela et nous avons la capacité d’être des parents exceptionnels pour nos adolescents.

Savoir quand faire une pause

Je pense qu’il est nécessaire de commencer par là quand on parle d’élever des préadolescents et des adolescents. Non pas parce qu’ils sont mauvais (nous en avons déjà parlé), mais parce qu’ils sont en grande partie hormonaux. En dehors des hormones, l’humeur des adolescents peut être liée à des problèmes autres que les hormones.

Après la puberté, les enfants ont beaucoup plus de mal à gérer leurs émotions. L’agressivité, la tristesse et les comportements impulsifs ne sont que quelques-unes des émotions qui font rage chez l’adolescent typique.

Cela signifie que même dans les meilleurs jours, les occasions d’exploser sont nombreuses.

Même l’adulte le plus doux peut se retrouver dans une guerre verbale totale avec son adolescent.

Alors, lorsque vous vous retrouvez dans une discussion animée avec votre adolescent et que votre tension artérielle ne cesse de monter, entraînez-vous à faire une pause.

Dites simplement qu’il faut arrêter cette discussion jusqu’à ce que nous soyons tous les deux calmes et réessayez plus tard. C’est tout. Cela ne vaut pas la peine de dire des choses que vous regretterez et que vous ne pourrez pas retirer.

Vous ne voulez jamais risquer de blesser verbalement votre enfant ou de détruire les murs de votre relation que vous avez eu tant de mal à construire. Faites une pause et parlez-en plus tard ou, le cas échéant, envisagez de laisser tomber.

Devenir un maître observateur

Il y a tellement de changements qui se produisent chez nos enfants entre l’adolescence et le début de l’âge adulte. Et nombre de ces changements ou modifications de comportement font partie intégrante de leur croissance et de leur développement.

Cependant, parfois, des changements majeurs de comportement et de personnalité peuvent indiquer un traumatisme. Et même les petits traumatismes apparents peuvent être très profonds et avoir un impact beaucoup plus important sur leur raisonnement et leur comportement.

Les traumatismes subis par un adolescent peuvent aller du rejet par un ami proche à l’introduction de drogues sous la pression des pairs, en passant par les brimades, la dépression ou le suicide, voire les abus sexuels.

Il est d’une importance vitale que nous ne fassions pas l’hypothèse erronée que tous les adolescents se replient sur eux-mêmes et deviennent asociaux pour leur famille. Ce n’est tout simplement pas vrai.

Beaucoup, beaucoup de ces adolescents typiques ont été traumatisés d’une manière ou d’une autre et ne savent tout simplement pas comment le gérer ou demander de l’aide. Principalement parce qu’ils pensent que c’est de leur faute ou qu’ils vont avoir des problèmes.

J’ai personnellement été une adolescente traumatisée à de très nombreuses reprises et toutes ces rencontres ont déformé mon esprit et mes relations avec les autres. Malheureusement, mon changement de comportement s’est traduit par la supposition que j’étais simplement une « adolescente typique ».

Ce n’était pas le cas… J’étais profondément blessée. Et malheureusement, je suis resté ainsi pendant une grande partie de ma vie d’adulte.

Nous devons mettre de côté nos distractions et prêter attention, être présents et nous battre pour nos enfants. Il n’y a rien de plus important que cela.

Et je dois souligner que nous n’avons pas besoin de nous fier à nos propres observations. Prier pour nos enfants ouvre la porte à la possibilité d’entendre le Saint-Esprit qui nous indiquera les problèmes de nos enfants que nous ne pourrions peut-être jamais observer par nous-mêmes.

Donner l’exemple de la gentillesse et de l’amour de soi

L’une des choses pour lesquelles les adolescents ont mauvaise réputation est le manque de compassion. La meilleure façon d’élever des enfants compatissants est d’être compatissant. Nous devons donner l’exemple de la compassion et de la gentillesse envers les autres devant nos enfants afin qu’ils puissent voir ces qualités en action.

Nous ne pouvons pas simplement laisser le monde s’en charger, car ce n’est pas vraiment le cas.

Les enfants sont comme de petits magnétophones qui se promènent en faisant et en disant tout ce qu’ils entendent et voient à la maison. J’ai travaillé dans le ministère des enfants pendant plus de dix ans et j’en ai vu beaucoup ! Vos enfants racontent toutes vos affaires. Lol

Ce que j’essaie de dire, c’est que nous voulons qu’ils se promènent instinctivement et cherchent ceux qui souffrent, ceux qui sont laissés de côté et ceux qui ne sont pas aimés. Parce qu’ils nous voient le faire en premier.

Nous devons également donner l’exemple d’un amour de soi et d’une estime de soi sains ! Nos enfants grandissent dans un monde centré sur l’image et il est facile d’avoir l’impression de ne pas être à la hauteur.

Parler sans cesse de nos rides et de notre cellulite n’est pas le meilleur exemple à donner. C’est à nous d’apprendre à aimer notre corps et ce que nous sommes vraiment, tels que nous sommes… avec toutes nos imperfections !

Apprenez aux adolescents la valeur du courage

Le cran est probablement l’une des qualités les plus puissantes qu’une personne puisse développer et faire évoluer pour vivre au mieux sa vie. Le courage se définit comme la passion et la persévérance à long terme.

Le courage l’emporte sur le talent, l’intelligence, les relations et la capacité à surmonter ses propres peurs. C’est ce qui détermine si vous resterez là où vous êtes censé être et si vous vous y épanouirez pleinement.

Comme le souligne Angela Duckworth dans son Ted Talk ci-dessous, la manière d’enseigner le courage aux enfants n’est toujours pas claire. C’est pourquoi je pense qu’enseigner aux enfants la « valeur » du cran est si puissant.

Au lieu de mettre l’accent sur le talent et l’intelligence, nous devons encourager nos enfants à envisager leurs objectifs sur le long terme. Qu’ils ont absolument le pouvoir de créer leur propre destin s’ils prennent les bonnes mesures motivées par la passion suffisamment longtemps.

Conduisez-les vers leur passion

La plupart du temps, la passion se manifeste par ce que nous considérons comme un talent. Peut-être que notre enfant est très bon au baseball, à la danse ou qu’il excelle dans ses capacités artistiques. Si cet enfant est tout aussi désireux de développer ce don… vous avez une passion !

D’autres fois, une passion peut être axée sur les gens, les besoins ou les problèmes. Par exemple, cette adolescente a été animée par la passion d’aider les patients atteints de cancer lorsque sa mère et sa sœur se sont battues contre cette maladie.

Elle a créé une organisation à but non lucratif qui s’est énormément développée et qui aide de nombreuses personnes.

La source de la passion de votre enfant peut provenir de nombreux endroits. Cependant, l’important est de l’aider à nourrir sa passion et de lui donner toutes les chances possibles de dépasser son potentiel.

Si la passion est si importante pour les enfants et les adolescents, c’est parce qu’elle leur permet de rester concentrés et occupés par quelque chose qui leur tient à cœur.

C’est une très bonne chose tant qu’ils pratiquent un équilibre sain, bien sûr. Mais le facteur le plus important est que lorsqu’un adolescent est rempli d’une passion, il est moins susceptible d’être influencé par la pression des pairs, l’ennui des adolescents, une faible estime de soi et l’intimidation.

Pourquoi ? Parce qu’ils sont occupés à construire quelque chose ! Ils n’ont tout simplement pas le temps pour les bêtises.

Ce n’est JAMAIS une bonne idée d’avoir un adolescent qui s’ennuie et qui manque d’inspiration. Jamais.

Être un parent qui ne se laisse pas distraire

L’une des raisons pour lesquelles je pense qu’il est possible d’avoir un impact aussi positif en tant que parent est le fait d’être réellement présent. Et je ne parle pas nécessairement de ne pas travailler. La plupart d’entre nous, moi y compris, devons travailler pour gagner notre vie.

Je parle d’être un parent présent. Un parent qui n’est pas distrait par son téléphone, son emploi du temps, ou même ses propres rêves et sa passion.

En tant que mère, notre premier ministère est notre famille. Et faire les durs sacrifices pour être là physiquement et émotionnellement doit être notre première priorité. Surtout avant l’argent.

Ces dernières années, nous ne menions pas une vie très glamour. Nous avons connu quelques revers dans notre entreprise et avons fini par avoir des difficultés financières. Je ne gagnais pas d’argent en bloguant à l’époque et mes émotions et mes craintes me poussaient à chercher un emploi.

En fin de compte, je suis restée à la maison et j’ai travaillé d’arrache-pied pour rester concentrée sur ma famille et travailler extrêmement dur pendant les heures marginales pour créer une entreprise que je peux travailler à domicile. Tout cela avec le rêve de gagner un revenu qui me donne la liberté d’être avec mes enfants.

Même si vous êtes une mère au foyer qui n’a pas besoin de travailler pour gagner sa vie, vous pouvez toujours lutter pour être un parent présent. La présence parentale a beaucoup plus à voir avec la priorité que vous accordez au temps passé en famille et à la création de liens avec vos enfants.

Laisser un commentaire