Vous ne profitez pas de votre maternité ? Ces 5 raisons en sont probablement la cause

En tant que nouvelles mères, je pense que nous imaginons toutes ce que sera notre vie de mère. Bien sûr, nous sommes terrifiées, mais nous croyons aussi au fond de nous-mêmes que nous allons vraiment apprécier au moins une grande partie de notre parcours de mère.

Mais que faire lorsque le plaisir de la maternité n’est pas aussi facile que nous le pensions ?

Lorsque les journées sont trop longues et qu’à la fin de chacune d’elles, nous nous sentons épuisés. Lorsque nous commençons à nous concentrer sur toutes les choses que nous ou nos enfants faisons mal au lieu de nous donner, à nous et à eux, la grâce dont nous avons le plus besoin.

Je ne dis pas que nous n’aimons pas être des mères. J’adore être la mère de mes trois enfants extraordinaires et, honnêtement, je n’échangerais ma maternité pour rien d’autre au monde. Je suis sûre que vous ressentez la même chose. C’est juste qu’être une mère n’est pas pour les âmes sensibles.

Et être une maman heureuse tout le temps est presque impossible et irréaliste, mais il est très possible de commencer à trouver de la joie dans la maternité dès aujourd’hui.

Mais il est tout à fait possible de commencer à trouver de la joie dans la maternité aujourd’hui. Voici l’astuce… vous devez d’abord savoir si vous faites une ou plusieurs de ces énormes erreurs qui vous privent de joie. Parce que votre joie est importante. Elle compte pour vous et elle compte plus que vous ne pouvez l’imaginer pour votre famille.

Comment profiter de la maternité dès aujourd’hui !

Pourquoi la joie dans la maternité est-elle si importante ?

La joie nous aide à nous rappeler que la maternité a un but plus important que les tâches quotidiennes et banales que nous avons sous les yeux : prendre le bain, cuisiner, conduire les enfants, les aider à faire leurs devoirs, changer les couches, mettre fin aux disputes, etc.

Et comme le dit le dicton, « les jours sont longs et les années sont courtes », nous devrions au moins essayer de profiter de ces années et de créer des liens significatifs avec nos enfants.

Il n’y a pas de plus grande vocation que d’être une mère… quelle que soit la façon dont vous êtes devenue mère. Élever, aimer, inspirer, enseigner et guider ces précieux petits et grands enfants est à la fois une bénédiction et un privilège.

C’est pourquoi il est de notre responsabilité de garder notre réservoir de joie rempli autant que possible, car lorsque nous manquons de joie, nous avons tendance à nous transformer en « mom-sters » que personne ne veut côtoyer.

Lorsque nous manquons de joie, nous sommes généralement irrités, irritables et moins motivés pour être présents et connectés avec nos enfants.

L’une de mes écritures préférées est Romains 15:13, qui résume parfaitement le désir de Dieu de nous remplir complètement de joie et de paix en nous confiant en Lui.

Je prie pour que Dieu, la source de l’espoir, vous remplisse complètement de joie et de paix parce que vous lui faites confiance. Vous déborderez alors d’une espérance confiante par la puissance du Saint-Esprit.

Dieu est pleinement investi dans notre joie de maman !

Avant de passer à cette liste, je veux que vous sachiez dès maintenant qu’il ne s’agit pas de lutter contre ce que nous ne pouvons pas contrôler et de forcer des pensées positives. Non, il s’agit de remettre au Christ ce que nous ne pouvons pas contrôler et de lui faire confiance pour ces choses, puis de prendre la décision de choisir la joie dans ce que nous pouvons.

Vous trouverez ci-dessous 5 pièges dans lesquels moi et de nombreuses autres mamans du monde entier et de toutes les cultures imaginables tombent au cours de ce voyage de maternité. Voyons combien d’entre eux vous pouvez identifier.

1 – Nous ne nous concentrons pas sur la connexion

Lorsque nous sommes occupés à élever nos enfants, nous passons une grande partie de notre temps à « faire » toutes les choses et à éteindre tous les feux. Il est très facile de donner la priorité à la gestion des tâches plutôt qu’à la gestion des cœurs.

Qu’est-ce que je veux dire par gérer les cœurs ? C’est simple, vraiment… Je crois que nous avons un objectif plus grand en élevant nos enfants, et c’est de gagner leur cœur. Lorsque nous gagnons le cœur de notre enfant, nous avons gagné une véritable connexion qui est conçue pour durer toute une vie – et pas seulement pendant qu’il vit à la maison.

Vous ne savez pas par où commencer ? Essayez de prévoir du temps pour vous amuser avec vos enfants et posez des questions pour apprendre à vous connaître auxquelles vos enfants aimeront répondre et dont ils parleront.

Parfois, nous sommes tellement pris par le quotidien que nous oublions de rester en contact avec ce que nos enfants sont et ce qu’ils sont en train de devenir. Découvrir leurs centres d’intérêt, leurs opinions sur la vie et simplement écouter leur cœur nous aide à ressentir un sentiment de connexion qui est le berceau de la joie.

2 – Nous laissons la comparaison dicter notre valeur

Que nous nous comparions aux momfluencers parfaitement polis sur Instagram ou à l’image du type de maman que nous avons toujours pensé être – cela nous expose à la déception à chaque fois.

Ne laissez pas les moments forts et les bons moments des autres mamans vous donner l’impression que vous ne serez jamais à la hauteur. Vous êtes unique et merveilleusement créée par Dieu pour être appelée maman. Vous avez été parfaitement conçue pour être la mère de vos enfants.

Et si vous avez l’impression de ne pas être tout à fait à la hauteur de la vision de la maternité que vous aviez pour vous-même à vos débuts… ce n’est pas grave. S’il y a quelque chose que vous savez devoir changer, demandez l’aide de Dieu, faites le travail et changez-la.

Mais si vous souhaitez secrètement être plus calme, plus mince, plus amusant, moins introverti, ou quoi que ce soit d’autre, arrêtez. Acceptez et aimez qui vous êtes, tel que vous êtes.

3 – Nous nous concentrons sur les minutes plutôt que sur les instants

Soyons francs, chaque moment de la maternité n’est pas agréable. Essuyer les petits hennissements et les nez qui coulent n’est pas glamour. Et en tant que mères, nous pouvons nous surprendre à compter secrètement le nombre d’années qu’il nous reste à vivre avec nos enfants, puis à regretter de ne pas avoir plus de temps !

À l’heure du bain – l’activité que nous faisons tous les jours. – nous pouvons facilement nous laisser aller à compter combien de minutes il nous reste avant de pouvoir tirer la chasse d’eau et mettre les enfants au lit pour pouvoir commencer notre propre routine de relaxation pour la nuit.

Mais je veux vous mettre au défi d’arrêter de compter les minutes jusqu’à ceci ou cela. Et commencer à capturer les moments qui se trouvent juste devant vous.

Ayez l’intention d’être présent dans le moment présent et de vraiment « voir » vos enfants. Quand je fais ça… c’est un peu magique parce que nous avons programmé notre cerveau pour ne pas faire ça.

Je me souviens qu’à la naissance de ma fille cadette, j’ai décidé de profiter de l’heure à laquelle je la nourrissais pour faire défiler les médias sociaux et me mettre à jour, mais à la naissance de mon fils (mon troisième et dernier bébé), j’ai décidé de garder mon téléphone hors de portée et de profiter des moments qui passent trop vite.

Ce que j’ai appris, c’est que ces moments « d’imprégnation » sont des souvenirs qui durent toute une vie pour moi et que c’était du temps bien utilisé ! Et je ne me souviens pas d’une seule publication sur les médias sociaux qui ait valu la peine de me priver de ces moments précieux avec ma fille nouveau-née.

4 – Nous n’embrassons pas la saison de la maternité dans laquelle nous nous trouvons

On ne saurait trop insister sur ce point. La maternité est pleine de saisons et de changements en cours de route, et souvent nous pouvons nous retrouver dans plusieurs saisons à la fois. Par exemple, j’ai un enfant qui entre au lycée, un autre au collège et le dernier à l’école primaire. Je vous promets que je n’avais pas prévu cela !

Vous êtes nombreux à avoir un nouveau bébé qui a besoin de temps et d’attention, mais à lancer une toute nouvelle entreprise qui a également besoin de temps et d’attention. Ou bien vous terminez vos études supérieures tout en travaillant à plein temps et en élevant des adolescents aux hormones à la maison.

Les combinaisons et les exemples sont infinis, car chacun de nous est magnifiquement unique. Mais le point commun est que ce sont toutes des saisons qui finiront par se terminer et se transformer en de nouvelles saisons qui nécessitent un nouvel ensemble de compétences, d’ajustements et de limites.

Il y a des saisons que nous ne voulons jamais terminer, tandis que d’autres que nous paierions cher pour être chassées de nos vies pour de bon ! Dans les deux cas, nous devons nous entraîner à faire deux choses très bien pour la survie de notre joie.

La première est d’arrêter de laisser le discours négatif sur soi envahir chaque instant de votre vie. La voix qui murmure à quel point vous êtes une mauvaise mère chaque fois que vous faites une erreur ou que vous trébuchez. C’est là que la culpabilité des mères prend vraiment racine.

La seconde est de vous accorder toute la grâce dont vous avez besoin, ce qui est vraiment la clé pour arrêter le discours négatif. La maternité est difficile, délicate et pleine d’imprévus, ce qui signifie que nous ne saurons pas tout faire du premier coup, ni même du deuxième ou du troisième.

5 – Nous luttons en silence

Le dernier écueil, mais non le moindre, est que nous luttons seuls, en silence. La honte que nous ressentons de ne pas avoir tout compris est ce qui nous maintient isolés.

Je reçois tellement de commentaires de mamans à propos de mon plan pour une maman calme et de la boîte à outils pour une maman plus heureuse, qui enseignent tous deux aux mamans comment vivre une vie plus calme. Et le commentaire numéro un que j’entends est qu’elles ne se sentent plus seules.

La honte leur donnait l’impression d’être les seules à se battre.

Et c’est vraiment la pierre angulaire de ce que j’enseigne aux mamans : vous n’êtes pas seules dans cette situation. Dieu se soucie profondément de vous et nous donne tant de sagesse dans sa Parole pour nous apprendre à être des mamans plus calmes et plus en paix.

Si vous avez du mal à profiter de la maternité, cessez de lutter seule. Commencez par demander au Christ de vous parler de vos difficultés. Il vous aime d’un amour éternel et voici Jésus qui nous dit ce qu’il est venu faire sur terre pour chacun d’entre nous.

« Je suis venu pour qu’ils aient la vie, et qu’ils l’aient en abondance [à satiété, jusqu’à ce qu’elle déborde] ».

Ce mot « vie » est en fait traduit par la plénitude absolue de la vie. Ouah ! Cela ressemble à de la joie pour moi.

En plus de parler à Dieu de nos difficultés, nous devons trouver des personnes de confiance à qui nous pouvons nous confier. Des amis proches, votre petit groupe ou un groupe de mères sont des endroits où vous pouvez partager vos sentiments. Vous serez probablement surprise de voir combien d’autres mamans ressentent la même chose que vous.

Ces conversations ne résoudront peut-être pas vos problèmes spécifiques, mais vous vous sentirez probablement moins seule et réaliserez que vous n’êtes pas la seule.

Laissez-moi vous dire ceci…

Faire le nécessaire pour profiter pleinement de la maternité est une démarche que vous ne regretterez pas. Et votre famille vous en sera reconnaissante, car elle aura enfin une mère au meilleur de sa forme.

Si quelque chose vaut la peine que vous y consacriez du temps et que vous fassiez des sacrifices… c’est bien cela. Y a-t-il d’autres pièges que j’ai manqués ? Mettez-les dans les commentaires ci-dessous et je les ajouterai peut-être à ma liste !

Laisser un commentaire